Thérapie de couple ou bien accompagnement de conseil conjugal ?

Quelques pistes pour s’y retrouver

.

« Thérapie de couple », c’est un terme fréquemment employé par des personnes en recherche d’aide extérieure pour leur couple qui est en train de traverser un passage difficile. Mais est-ce le bon terme ? C’est du moins le terme le plus connu du public pour parler de séances d’entretiens de couple auprès d’un professionnel spécialiste. Et c’est aussi plus facile à dire et à retenir !

Pour ma part, lors de la prise de rendez-vous, je précise que c’est de l’accompagnement de conseil conjugal, et, dans la majorité des cas, c’est bien cela qu’ils recherchent.

Dans le champ vaste des dénominations autour du « prendre soin » et de la « relation d’aide », il y a en effet de quoi s’y perdre avant même d’avoir trouvé le bon spécialiste. Il est donc toujours utile bien se renseigner avant de trouver son professionnel et pour le professionnel, de faire connaitre sa fonction et son approche.

Pour ma part, je suis (ma fonction, mon métier) conseillère conjugale et familiale d’approche humaniste. Professionnelle de la relation d’aide, je fais partie des « aidants ».

.

Petit tour du côté des origines

Sans rentrer dans le détail des différences entre l’un et l’autre, voilà ce que je trouve remarquable aujourd’hui.

Étymologiquement parlant, le mot « thérapie » renvoie à la notion de soigner, traiter. Et dans l’opinion commune, cela peut évoquer pour le couple l’idée que le couple est « malade » et a besoin d’être soigné. Ce qui peut paraitre exagéré et stigmatisant lorsqu’on a juste besoin d’être aidé comme tout un chacun à un moment ou à une autre de notre vie.

Quant au mot « accompagnement », il porte dans son étymologie l’idée de « mouvement avec ». Et même si de nos jours, ce mot est utilisé à profusion dans les slogans publicitaires pour parler de soutiens financiers et autres prestations matérielles, ils reprend tout son sens quand on parle de relations humaines où il s’agit d’être aux côtés des personnes pour les aider à cheminer vers leurs propres solutions.

.

Sur les consultations conjugales des conseillers conjugaux

Chaque couple est unique, chaque demande est singulière, et justement, le conseiller conjugal est là pour accompagner le cheminement du couple vers ses propres solutions qui se précisent au fil des séances, entre les séances, et avec l’aide des mots prononcés, de la parole communiquée, des temps d’introspection individuels et de partage. Et cela nécessite du temps pour se faire, c’est le temps psychique, nécessaire à l’assimilation de ce qui est partagé en séances et vécu pour chacun. Voilà pourquoi un accompagnement se fait sur plusieurs séances, un début et une fin. (voir les modalités de mon accompagnement).

On peut dire aussi que les couples viennent en entretien de conseil conjugal pour prendre soin de leur relation de couple , et dans ce cas, faire une séance, 1 an, 2 ans après un accompagnement pour avoir ce temps formel dédié au couple et à son évolution, ne pas rentrer dans le cercle vicieux des non-dits et se remettre dans le cercle vertueux de la communication authentique.

Les conseillers conjugaux s’occupent de  la relation

.

Dans la complexité des parcours de vie de chacun, humainement parlant, un accompagnement aux côtés d’un professionnel en entretien en face à face ne peut être remplacé par une « to do list » pour aller mieux. Car, encore une fois, chaque couple est unique et il n’existe pas de recette universelle pour bien vivre sa relation de couple.

Et qu’il s’agisse d’un thérapeute de couple ou d’un conseiller conjugal, l’entretien de couple est aussi une rencontre qui a lieu avec des personnes qualifiées choisies par le couple et avec qui il est essentiel d’établir une relation de confiance. Et cela prend du temps, aussi.

.

*Article écrit par Sylvie Calmels le 30 octobre 2021 sur le site pleine-coexistence.com

Liens: le site de l’ANCCEF (assocation nationale des conseillers conjugaux et familiaux). Le livre d’Albert Moyne, Vivre et penser le conseil conjugal, Ed: chronique sociale, 2013.