Ateliers philo pour enfants

.

Pour comprendre à partir d’un exemple

.

Nous commençons par prendre un temps de silence où nous sommes simplement attentifs à ce qu’il se passe pour chacun instant après instant. Ce peut-être par exemple une attention au mouvement de la respiration ou aux sensations dans le corps que je guide.

Ensuite nous utilisons un support pour démarrer l’atelier. Partons du support inducteur que j’ai utilisé dans mes derniers ateliers du mois de mars. C’était un conte de Jacques Salomé que j’ai lu, et que nous avons aussi relu ensemble avec les enfants. Le conte stimule l’imaginaire des enfants, c’est souvent un moment très agréable pour eux. Il existe bien d’autres supports possibles (représentation d’une œuvre d’art, court-métrage vidéo, album de littérature jeunesse, photo-expression……) dont il est important qu’ils soient choisis avec pertinence. 

Si vous le souhaitez, je vous invite à écouter le conte :

Après la lecture un temps d’échange permet aux enfants de mémoriser les grandes idées de l’histoire et à moi de m’assurer qu’il n’y a pas eu de contre-sens . Vient ensuite la cueillette des questions des enfants, que nous « transformons » en questions philosophiques à partir des thèmes qui ont émergé. En l’occurrence, ici, plusieurs concepts pouvaient être dégagés de l’histoire :

  • Le réel et l’imaginaire
  • La peur
  • Croire et savoir
  • Le désir
  • ………

C’est la peur qui est ressortie et la question centrale du démarrage de l’atelier philo était :  « Qu’est-ce que la peur ? »

La discussion philosophique était ouverte avec, nommés, un président de séance, une secrétaire, une dessinatrice pour suivre les discutants (nos petits philosophes), ces derniers sans qui l’atelier n’aurait pas pu exister.

 Voici quelques questions sur lesquelles les enfants se sont exprimés, ont débattus, ont mimé même : Qu’est-ce qui fait peur ? l’objet de la peur          Comment voit-on que quelqu’un a peur ? et que nous-même avons peur ? les signes indicateurs de la peur           Y a-t-il de vraies et de fausses peurs ? le réel et l’imaginaire       La peur est-elle toujours la même quand on grandit ? quand on est en groupe ? relativité de la peur       Existe-t-il une seule sorte de peur ou bien y en a-t-il plusieurs ?  les nuances de peurs        Pourquoi regarde-t-on des films qui font peur ?

Au bout de 2 séances, les enfants se sont mis d’accord sur une définition de la peur que notre secrétaire de séance avait noté.

Après la clôture des séances par le président, un petit partage permet aux enfants de s’exprimer sur ce qui est bien réel pour eux et I N D I S C U T A B L E : leurs ressentis (agréable, content, désagréable, ennuyeux, intéressant, fatigué, calme, frustré, joyeux, étonné, …).


La couleur des émotions en mots pour prendre de la hauteur et comprendre leurs messages. Reconnaître ses propres émotions pour en prendre la responsabilité et laisser aux autres la responsabilité de leurs émotions. Voilà illustré un des effets d’un atelier philo.


Cet article est le récit partiel d’une réalisation d’atelier avec les enfants d’une école primaire, il n’est en aucun cas une fiche pédagogique d’un atelier philo,

Parents, enseignants et autres membres des équipes éducatives, n’hésitez pas à me contacter ici  ou si vous souhaitez organiser une série d’ ateliers avec les enfants. Je réalise aussi ces ateliers auprès des adolescents sur les thèmes qui les intéressent et ceux en relation avec ma fonction d’éducatrice à la vie affective.